InterviewsLifestyle

Un vendredi dans la vie de… Yannis Sioudan

Cette semaine, découvrez le portrait du fondateur de l’agence Interférence Press : Yannis Sioudan. Ce parisien curieux, borné et avec un brin de folie qui le distingue est passionné par la mode, la gastronomie, et l’art, mais ce qu’il préfère par dessus tout, c’est de mélanger toutes ses passions lors d’un voyage.  

TES RITUELS

LKAP : Tu te lèves à quelle heure ? Et t’as le réveil joyeux ou difficile ?

YS : Je me réveille généralement assez tôt. Comme dit le proverbe : l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Et pour le rendre plus joyeux rien de mieux qu’une bonne dose de musique le matin.

Tu te lèves direct ou tu fixes les réseaux sociaux pendant de longues minutes ?

Accro à mon Iphone, je plaide coupable et me fixe quelques minutes sur mes notifications (Facebook, Instagram, Twitter) et mails.

Tu fais quoi le matin avant de quitter ton appart ?

Comme à chaque réveil difficile un thermo de café. Et j’enfile ma casquette rouge. À la Anna Wintour cette casquette rouge est mon signe distinctif.

Plutôt métro, vélo ou embouteillages ?

Plutôt métro. Mais surtout parcours marche à pieds. Paris est une si belle ville qu’il est plus agréable de se rendre au bureau ou à ses rendez-vous après quelques minutes de magie plein les yeux.

Dans tes oreilles pour aller au boulot c’est quoi ?

Le groupe La Femme ou La Grande Sophie. Et quand le réveil est vraiment difficile rien ne vaut le dernier album de YELLE.

TON JOB

C’est quoi ton job ?

En quelques mots ? Communiquer pour les marques avec qui je collabore auprès des journalistes, blogueurs, influenceurs et même mes amis. Car en soit nous sommes tous les influenceurs de quelqu’un dans la vie.

Je considère mon métier d’attaché de presse à l’instar de celui d’agent. L’agent d’une marque de vêtements ou de gastronomie. Actuellement je représente la jeune marque française Bob Carpenter, la marque allemande J’ai Mal à La Tête et deux nouveaux clients à venir pour la rentrée.

Tu arrives à quelle heure au boulot ? En retard ou toujours à l’heure ?

En général je démarre ma journée à 9h. Néanmoins, l’avantage d’être son propre patron c’est que je peux m’organiser comme je l’entends et fixer mes propres horaires.

Plutôt à fond toute la journée ou en mode pauses café ?

Entre les envois de prêt shopping, les relances, l’écriture des communiqués de presse et passer son temps à feuilleter les magazines pour découvrir le nom de nouveaux stylistes ou rédacteurs… il m’arrive d’abattre deux journées de travail en une lors de certaines période. Notamment en Fashion Week.

Le midi c’est sur le pouce ou bon resto ? 

Bon resto si j’ai le temps. Sinon je file à ma cantine favorite qu’est la Brasserie Barbès.

La première chose que tu fais en quittant le boulot le vendredi ?

Préparer ma To-Do List de la semaine prochaine. 

TA VIE PERSO

Parisien d’adoption ou de toujours ?

Un véritable parisien d’adoption !
Tes magasins coup de cœur ?

Accro à l’originalité, j’aime m’habiller en friperie principalement. Du coup en premier me viendrait le magasin Freep’star. Pour un moment de tranquillité et de repos le café L’Exception. Pour finir ma journée par un achat compulsif mode et littéraire la librairie 0fr.

Le vendredi soir tu fais quoi ?

 Un verre avec des amis, une soirée plateau télé ou sinon un bon film au cinéma. Le plus important pour moi est de décompresser et de me déconnecter du travail. Chose que j’ai du mal à faire en général. 

Avoir fondé l’agence Interférence Press est un véritable plaisir mais je ne compte pas mes heures. Au point de donner mes cartes de visites après avoir croisé une personnalité à un café (véridique).

Ton bar préféré ?

 Le bar au quartier du Sentier qui se nomme l’aveK. Hyper détendu, cosy et relax. J’adore ce bar aussi pour la qualité de ses cocktails et l’ambiance qui règne dans le quartier du Sentier.

Tu vas où pour danser jusqu’au samedi matin ?

Je préfère les soirées underground électro plutôt une fois par mois avec des amis que sortir en soirée tous les samedis. Du coup plutôt accès sur les bonnes line-up lors de la Concrete.

 Ton resto fétiche ?

Ce serait sans aucun doute le restaurant le Clamato. Bon, pas cher, cosy et reposant pour une gastronomie qui ne me laisse pas indifférent.

Vodka lemon ou Chardonnay ?

 Chardonnay sans hésiter. C’est en voyageant régulièrement que j’ai constaté la chance que l’on a d’habiter dans un pays comme la France avec une telle richesse gastronomique et œnologique.

 Terrasse ou au chaud ?

Au chaud avec des amis, une bonne play-list et une bouteille de rosé.

Tu snappes toute ta soirée ou tu restes discret ?

Je reste discret. Je ne trouve pas l’intérêt de me montrer, surtout que mon métier d’attaché de presse est à la base un métier de l’ombre.

TA VIE AVEC PARIS

Que représente Paris pour toi ?

La ville du ‘’tout est possible’’ et la capitale de la mode pour sûr.

Si Paris était une femme ce serait une femme Balmain !

Ville lumière ou ville poubelle ?

Ville lumière. Ce serait injuste de dire de Paris que c’est une ville poubelle, surtout avec une architecture que tous les touristes viennent découvrir et admirer.

« Paris toujours » ou « Paris, je t’aime mais je te quitte » ?

Paris, je t’aime mais je te quitte. La ville qui me tente en ce moment est Berlin. Pour son ouverture d’esprit et la place de la mode dans cette ville en devenir.

Pour faire de Paris la ville parfaite, tu ajouterais quoi ?

Un peu plus de savoir-vivre et d’ouverture d’esprit.

Si Paris n’était pas, tu vivrais où ?

Copenhague ou Berlin. Ou une autre capitale à l’instar de Londres. J’ai besoin d’un lieu où je puisse exacerber ma curiosité et rencontrer des personnes de différentes nationalités. C’est l’une des raisons qui m’a poussé à devenir attaché de presse.

UN MESSAGE A FAIRE PASSER ?

‘’Dieu a inventé le Parisien pour que les étrangers ne puissent rien comprendre aux Français’’ – Alexandre Dumas.

 Une citation qui résonne chaque jour dans ma tête. Me donnant raison de rester dans cette si jolie ville que tout le monde nous envie ; lieu qui ne te laisse jamais te reposer et te pousse au succès ! 



Un grand merci à Yannis.

Arnaud Rondeau 

Share:

Leave a reply