Interviews

L’interview parisienne d’Hadrien et Gabriel Mabilat

Le Kiosk à Paris vous propose l’interview d’Hadrien et Gabriel Mabilat. Pour mieux connaître leur quotidien, ce duo fétârd répond aux questions du Kiosk à Paris sur un ton jeune et décalé comme on aime. On est vendredi, l’hiver est arrivé, mettez vous bien au chaud et profitez de cette interview pour vous détendre. 

 

TES RITUELS

LKAP : Tu te lèves à quelle heure ? Et t’as le réveil joyeux ou difficile ?

Hadrien: 8h15. Il m’arrive de me lever avec la connerie direct mais je suis plus souvent une sorte d’ours, ni méchant ni sympa, sans grand intérêt.

Gabriel : 7h 00. Disons qu’il m’arrive d’être agressif dans la précipitation matinale.

Interview MAB Hadrien et Gabriel Mabilat Blog Paris

LKAP : Tu te lèves direct ou tu fixes les réseaux sociaux pendant de longues minutes ?

Hadrien : En général, deux sonneries de réveil (bon ok, parfois trois) pour me sortir du lit. Je fais mes 25-30 min de sport et après, je me fais un gros petit-déjeuner tout en regardant mes mails, et les réseaux sociaux.

Gabriel : Mon réveil a un son strident et je le mets à l’autre bout de ma chambre pour ne pas me laisser le choix. Mon premier contact avec la réalité est d’une grande brutalité.

LKAP : Tu fais quoi le matin avant de quitter ton appart ?

Hadrien: Je bosse chez moi la plupart du temps donc pas besoin de le quitter. Les jours où je le quitte, c’est souvent en catastrophe!

Gabriel : J’ai quinze minutes pour bouffer, m’habiller, faire des étirements, 60 pompes, préparer mes affaires… Le plus bizarre c’est que je fais tous ces trucs simultanément !!!

LKAP : Plutôt métro, vélo ou embouteillages ?

Hadrien: Métro.

Gabriel : Métro. J’ai peur de me prendre une voiture lorsque je suis en vélo. Et prendre une bagnole dans Paris m’écœure pour des raisons écologiques et pratiques.

LKAP : Dans tes oreilles pour aller au boulot c’est quoi ?

Hadrien: Tout et n’importe quoi. Du rap à la funk, en passant par du gros métal qui tâche, pas de règles! Ceci dit, c’est plutôt des morceaux que je connais car découvrir un morceau dans le métro, ce n’est pas évident..

Gabriel : J’écoute des sons de style et d’artiste différents chaque jour pour garder des oreilles ouvertes. Je vois ça comme une partie de mon job.

TON JOB

LKAP : C’est quoi ton job ?

Hadrien : Je suis guitariste professionnel. J’ai mon propre projet, MAB, mais j’ai joué/je joue aussi pour d’autres groupes: The Geek x Vrv, Matthieu Hubrecht, le collectif Zef..

Gabriel : Mon job, c’est MAB. Tout ce que je fais converge vers ce projet : je fais une double-licence, mais c’est pour écrire des meilleures paroles ; je travaille mon piano pour mieux composer et je viens même de me mettre à la danse…

LKAP : Tu arrives à quelle heure au boulot ? En retard ou toujours à l’heure ?

Hadrien: Ca dépend du boulot! En studio, on me demande d’être là entre 9h30 et 10h30. Pour les concerts, ça tourne en général autour de 16h30/17h. Je pars toujours en retard mais j’arrive (quasiment) toujours à l’heure.

Gabriel: Comme mon frère, j’ai pris l’habitude de partir en retard et d’arriver à l’heure. Il y a une sorte de magie dans nos trajets.

LKAP : Plutôt à fond toute la journée ou en mode pauses café ?

Hadrien : A fond toute la journée. Café en intraveineuse, direct. Pas le temps d’aller à la machine.

Gabriel : Je ne vois pas le café comme un prétexte pour rien foutre, mais comme un outil pour rester focus sur ce qui m’occupe.

LKAP : Le midi c’est sur le pouce ou bon resto ? (bonnes adresses à donner si possible).

Hadrien: Souvent sur le pouce. En revanche j’ai développé une véritable addiction aux Phô, Bento, Bo Bun du traiteur asiatique Lüuk (127 rue de Clignancourt, 75018) où je vais souvent chercher ma dose.

Gabriel : Je déjeune souvent chez moi où je tente des innovations culinaires… mais je ne recommanderai mon adresse à aucune personne qui veuille des garanties de bien manger.

LKAP : La première chose que tu fais en quittant le boulot le vendredi ?

Hadrien : Ah le vendredi.. Alors c’est simple, 3 fois sur 4 c’est rendez vous 21h30 au Simply Market – Place de Clichy avec les copains pour acheter un pack d’Evian pour la soirée ! Mais ça commence à changer parce qu’on a de plus en plus de dates donc on bosse le vendredi maintenant. Fini les conneries.

Gabriel : Je parle un peu avec les potes de ma fac, et on a des conversations supra-sérieuses, comme si on n’arrivait pas à se mettre direct sur le mode week-end ! Disons qu’il n’y a plus de malentendu à partir de 21h.

TA VIE PERSO

LKAP : Parisien d’adoption ou de toujours ?

Hadrien: De toujours.

Gabriel : De toujours et pour toujours. Cette ville est mon horizon indépassable.

LKAP : Eternel célibataire ou amoureux ? 

Hadrien : Plutôt du genre amoureux.

Gabriel : Question piège. Et puis il est possible de passer de l’un à l’autre. Je dirais que je suis dans la phase loup fougueux et solitaire.

LKAP : Tes magasins coup de cœur ?

Hadrien : Alors là.. Faudra demander à mon agent haha! J’suis pas très magasin. Certainement les magasins de guitare rue de Douai du coup..

Gabriel : Si la question porte implicitement sur des magasins de vêtements, je ne peux vraiment pas vous aider… en général je m’en remets aux gens dont j’estime qu’ils ont du goût.

LKAP : Le vendredi soir tu fais quoi ?

Hadrien : Soit je joue soit je bosse chez moi. Mais dès que je peux je sors avec les potes! On fait rien de bien glorieux.. On boit et on fait les cons. On se marre quoi.

Gabriel :  Parfois soirée plus « professionnelle »… je jongle avec les deux. Et curieusement c’est parfois les deux à la fois, ce qui en dit long sur le monde de la musique.

LKAP : Ton bar préféré ?

Hadrien: Mes soirées terminent plus souvent sur un banc avec du whisky coca dans un gobelet en plastique que dans un bar à vrai dire (haha)! Mais je vais souvent boire des coups Chez Francis, avec des potes, plus pour discuter tranquille que pour faire la fête.

Gabriel : Je n’en ai pas en particulier.

LKAP : Tu vas où pour danser jusqu’au petit matin ?

Hadrien : Chez des potes ça marche?

Gabriel : Je danse là où je me trouve au moment clé. Le principe est exactement le même que je sois en train de galérer dans la rue, chez un pote où en boîte !

LKAP : Ton resto fétiche ?

Hadrien : Comme ça, je dirai Lüukquestion rapport qualité/prix, c’est très efficace. Mais j’aime plain d’autres choses.

Gabriel : Le Coq Rico à Montmartre. Il faut économiser pour y aller mais la qualité de la volaille est juste waouh ! 

LKAP : Vodka lemon ou Chardonnay ?

Hadrien : Whisky Coca.

Gabriel : Diabolique dilemme. Dans la mesure où on parle dans tous les cas d’alcool bon marché (type Poliakov) et s’il faut vraiment choisir entre ces deux horreurs, je prends la vodka. T’es plus conscient de ton ivresse et tu peux anticiper la suite de ta soirée. Le Chardonnay, tu le bois comme du petit lait et il te fracasse au moment où tu t’y attends le moins.

LKAP : Terrasse ou au chaud ?

Hadrien: Bancs publics. Je dirais donc « terrasse aménagée ».

Gabriel : #JeSuisEnTerrasse. Terrasse donc. Rien que pour le principe.

LKAP : Tu snappes toute ta soirée ou tu restes discret(e) ?

Hadrien: Des potes ont essayé de me convertir à Snapchat mais sans succès. Je ne suis pas sûr de pouvoir me décrire comme discret en soirée pour autant!

Gabriel : Je suis un mec subtilement indiscret : je passe ma soirée à m’incruster sur les Snaps des autres.

TA VIE AVEC PARIS

LKAP : Que représente Paris pour toi ?

Hadrien : La maison avant tout! La classe, le speed, le rêve pour plein de gens, la haine pour d’autres.

Gabriel : Paris c’est ce qui fait que je ne pourrais vivre nul par ailleurs qu’à Paris. Un centre politique, culturel, artistique… bref je vais pas te faire tous les mots en -ique et en –el, mais ces trois là me semblent importants.

LKAP : Ville lumière ou ville poubelle ?

Hadrien : Ville lumière !

Gabriel : Partons sur Ville lumière, même s’il y a deux/trois trucs à revoir d’un point de vue propreté.

LKAP : « Paris toujours » ou « Paris, je t’aime mais je te quitte » ?

Hadrien : Paris toujours. J’espère que mon boulot me fera pas mal bouger, mais mon point d’attache, je le veux à Paris.

Gabriel : J’aime bien l’analogie avec l’amour pour une femme. De ce point de vue, dès que je quitte Paris je réalise que c’est « la ville de ma vie », tant elle me manque et je trouve la plupart des autres fades et moins magique.

LKAP : Pour faire de Paris la ville parfaite, tu ajouterais quoi ?

Hadrien : Des transports en commun toute la nuit et les Döner Kebab de Berlin.

Gabriel  : Pleins de trucs : 

  • Déjà le social : le fait qu’il y ait des « quartiers riches » et des « quartiers populaires » nous semble naturel alors que ça devrait nous étonner, nous révolter. Je ferais une ville avec une vraie mixité sociale.
  • Ensuite l’écologie et les infrastructures : un de mes rêves serait de voir de mon vivant un Paris sans voitures.
  • Enfin le politique : j’aimerais voir des parisiens plus impliqués dans le développement de leur ville. De ce point de vue, je trouve que les projets participatifs d’Hidalgo sont un premier pas encourageant.

LKAP : Si Paris n’était pas, tu vivrais où ?

Hadrien : Je ne répondrai qu’en présence de mon avocat ! 

Gabriel: Je préfère anticiper la fin de l’interview que répondre à cette question ! 


Un message à faire passer ? 

Hadrien : Fais ce que tu veux de ta vie et fais le bien! (Et écoute MAB aussi. Mieux: viens nous voir en live).

Gabriel  : Connais-toi toi-même… Nan je déconne, partage notre clip : 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=DmEyKEWPhq0]

Un selfie pour les lecteurs : 

Hadrien et Gabriel Mabilat Interview Le Kiosk à Paris blog Paris groupe de musique

Un grand merci à ce duo parisien !! 

fb-logo-itw  instagram-logo-itw

Site web 

signature-arnaud-special-noel

 

 

 

 

 

Share:

Leave a reply