Carnet d'adressesLifestyle

GAUGUIN – LE MAGNIFIQUE

Nous avons hésité et puis nous nous sommes rendus à l’évidence, Gauguin a révolutionner le monde de l’art . Nous avons découvert avec stupéfaction cet artiste, voyageur, cet amoureux , cet alchimiste.. Le Grand Palais a reussi à nous offrir une exposition à la hauteur de nos  espérances: forte d’un ensemble de plus de 230 œuvres de l’artiste (54 peintures, 29 céramiques, 35 sculptures et objets, 14 blocs de bois, 67 gravures et 34 dessins), Gauguin l’alchimiste est une plongée exceptionnelle dans le passionnant processus de création du grand artiste.

Gauguin, un artiste complexe

Elle est la première exposition du genre à étudier en profondeur la remarquable complémentarité des créations de l’artiste dans le domaine de la peinture, de la sculpture, des arts graphiques et décoratifs. Elle met l’accent sur la modernité du processus créateur de Gauguin (1848-1903), sa capacité à repousser sans cesse les limites de chaque médium.

Après l’exposition fondatrice Gauguin organisée en 1989, cette nouvelle collaboration entre l’Art Institute de Chicago – qui possède un fonds significatif de peintures et d’oeuvres graphiques de Gauguin – et le musée d’Orsay – dont la collection de peintures, céramiques et sculptures sur bois de l’artiste est une des plus importantes au monde –, permet de présenter sous un jour nouveau les expérimentations de Gauguin sur différents supports.

Elle montre la production de l’artiste dans toute sa diversité, à la lumière des recherches récentes sur les techniques et matériaux utilisés par Gauguin. Le parcours de l’exposition est ainsi ponctué de salles proposant une immersion dans les techniques et les méthodes de travail de l’artiste.

Une exposition imbriquée

À partir d’une trame chronologique, et ponctuée d’un grand nombre de prêts exceptionnels (Les aïeux de Teha’amana, Chicago ; Eh quoi ! Tu es jalouse ?, Musée Pouchkine, etc.), l’exposition met en évidence l’imbrication et les apports mutuels entre schémas formels et conceptuels, mais également entre peinture et objets.

Prélude au parcours de l’exposition, « La fabrique des images » est consacrée aux débuts de Gauguin, de sa représentation de la vie moderne dans le sillage de Degas et Pissarro, aux premières répétitions d’un motif, autour de la nature morte et des possibilités de mise en abyme qu’elle offre.

« Le grand atelier » se concentre ensuite sur la période bretonne de l’artiste. L’observation de la vie bretonne, intégrée, transformée et assimilée, lui permet de dégager des motifs récurrents qui connaissent de nombreux avatars (la ronde, la femme assise, la bretonne de dos…) et d’entamer des recherches formelles en dessin, peinture et céramique.

 

Composé de 6 sections au total , l’exposition montre l’évidence l’imbrications des différents rapports à l’art que transmet Gauguin.

Gauguin , l’alchimiste est vraiment l’exposition à voir de toute urgence pour le plaisir des petits et des grands. N’hesitez pas à nous faire de vos opinions 😉

 

Gauguin l’alchimiste

Cette exposition est réalisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, l’établissement public des musées d’Orsay et de l’Orangerie et l’Art Institute de Chicago.
11 octobre 2017 – 22 janvier 2018
Grand Palais
Ouverture : Les dimanches, lundis et jeudis de 10h à 20h. Les mercredis, vendredis et samedis de 10hà 22h. Fermé tous les mardis.  Fermeture à 18h les dimanches 24 et 31 décembre. Fermeture le lundi 25 décembre.
Tarifs : 14 €, 10 € TR (16-25 ans, demandeurs d’emploi, famille nombreuse). Gratuit pour les moins de 16 ans, bénéficiaires du RSA et du minimum vieillesse.  38 € tarif tribu (2 adultes et 2 jeunes de 16-25 ans).
Accès : métro ligne 1 et 13 « Champs-Elysées- Clemenceau » ou ligne 9 « Franklin D. Roosevelt »
informations et réservations : www.grandpalais.fr/fr/evenement/gauguinlalchimiste

 

Robin

 

Share:

Leave a reply